Vous êtes ici : Accueil Bien-être > Blog Médecines douces alternatives > Comment soigner l’apnée du sommeil ?
 
Comment soigner l’apnée du sommeil ? 17/05/2020
Document sans nom Présentation :

L’apnée du sommeil est une maladie connue sous le terme médical de syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS). Durant le sommeil, le cerveau inhibe l’activité neuro-musculaire en limitant l’influx nerveux aux seules fonctions vitales. Cette mise au repos du corps provoque un grand relâchement des muscles, permettant ainsi une récupération et une régénération de tout l’organisme. Chez certaines personnes, durant cette phase du sommeil, il se produit alors un affaissement des tissus mous de la gorge et de la langue qui vont obstruer le passage de l’air à l’entrée du pharynx.

La personne ne peut plus respirer, le passage de l’air est bouché hermétiquement ce qui provoque un réflexe de réveil. Ces alertes données par le système nerveux central peuvent prendre plusieurs formes. Ce peut être des micro-réveils pratiquement imperceptibles qui fragmentent le sommeil en cycle pouvant se reproduire de nombreuses fois en une seule heure. Cette phase de sommeil perturbé contraint l’organisme à forcer pour prendre l’air et l’oxygène nécessaire notamment en accélérant la fréquence cardiaque et l’intensité musculaire de la respiration.   Ce peut être également un réveil brusque avec une montée de l’adrénaline et une remise de l’organisme en mode de veille, la personne doit alors attendre de longues minutes avant de pouvoir reprendre un processus d’endormissement. Dans tous les cas, au matin, la personne sort alors de ce sommeil avec la sensation d’être fatiguée et d’avoir passé une mauvaise nuit.

Les conséquences de ce trouble du sommeil sont graves :
  • Maux de tête au réveil
  • Somnolence durant la journée
  • Fatigue chronique
  • Perte de la libido et panne sexuelle
  • Hyper tension, AVC
  • Perte de la mémoire
  • Obésité, Diabète Type 2
  • Etc..

De plus, les études montrent que toutes les personnes âgées sont sujettes à l’apnée du sommeil de façon plus ou moins importante. Cette maladie arrive progressivement avec l’âge et la perte inévitable de la tonicité  musculaire.  Ce syndrome concerne donc une partie majeure de la population, elle survient à un âge plus ou moins avancé en fonction des caractéristiques physiologiques de chaque personne. (poids, anatomie du cou,  de la gorge, des mâchoires, de la langue, etc..)

Il n’est pas facile de repérer ce syndrome car il est insidieux et s’installe très progressivement.  Le sujet ne se rend pas compte de ce problème car il se déroule durant la nuit alors même qu’il y a perte de la vigilance sur la qualité de la respiration. Le ronflement est le signe principal d’un début de ce trouble du sommeil. Il doit alerter sur l’installation de la maladie et de son aggravation dans le temps si rien n’est fait pour la contrecarrer.

Solutions Invasives :

Lorsque la personne prend conscience du problème et va consulter, il est fait un examen du sommeil ou polysomnographie qui permet de mesurer l’indice d’apnée obstructive. La pathologie est avérée, si cet indice ressort de l’examen avec un taux supérieur à 30 apnées ou hypopnées par heure. En deçà le sommeil est considéré comme étant suffisamment réparateur.  A titre d’exemple, il a été relevé chez certaines personnes des indices allant jusqu’à 70 apnées et hypopnées / heure, ce qui interdit pratiquement tout sommeil.

En l’état actuel de notre médecine il est préconisé deux solutions :
  1. Une orthèse d'avancée mandibulaire permettant de maintenir la mâchoire inférieure en position avancée afin de libérer le passage de l'air au niveau du pharynx  
  2. Un adaptateur respiratoire relié à un appareil de ventilation électrique insufflant dans les voies respiratoires une pression positive continue. (PPC)
Il existe d'autres solutions :

Récemment,  chez certains patients,  il a été installé un implant électrique permettant d’envoyer des stimuli  à la langue. « Inspire » est le nom donné au dispositif composé d’un capteur et d’un récepteur implantés grâce à une opération chirurgicale. Lorsque le capteur, placé près des côtes, détecte un épisode d’apnée, un signal est envoyé à l’électrode placée au niveau du nerf principal de la langue. Un stimulus électrique est alors déclenché, la langue se relève, l’arrière de la gorge et le pharynx se libèrent et le patient peut de nouveau respirer normalement. Le dispositif doit être activé par le malade lui-même, grâce à une télécommande, avant de dormir. Ce dispositif ne convient qu’aux personnes dont l’obstruction est provoquée principalement par l’affaissement de la base de la langue.CHU de Bordeaux Clinique du Sommeil

Pour être exhaustif, il existe certains chirurgiens qui proposent des opérations de la gorge  ou de la mâchoire. Ces opérations peuvent être risquées, invalidantes et certaines méthodes chirurgicales n’ont pas fait la preuve de leur efficacité dans le temps. Il existe par exemple une méthode de chirurgie maxillo-faciale qui semble radicale car elle avance les deux mandibules grâce à l’insertion de plusieurs prothèses, libérant ainsi définitivement le passage de l’air dans le pharynx.
Clinique du Professeur Sailer à  Zurich :

Il faut également noter une approche très intéressante venue du Japon avec la mise au point d’une orthèse nasale en silicone qui permet de libérer un flux d’air depuis une narine jusqu’à l’entrée du pharynx. L’orthèse est lubrifiée pour passer à travers le sinus et redescendre dans l’arrière gorge, son extrémité doit atteindre le voile du palais, à proximité de la luette. L’orthèse est mise en place de manière sécurisée par un clip qui enserre  les narines et qui empêche l’orthèse de bouger. Ce procédé invasif est difficile à installer car il provoque une irritation ainsi qu’une réaction plus ou moins importante des sinus et de l’arrière gorge.  Mais au fil des nuits, si l’orthèse est supportée sur une période de plus en plus longue, la gêne occasionnée peut s'amoindrir. Le passage de l’air durant le sommeil est assuré par la présence de l’orthèse qui garantit toujours le passage de l’air par une narine. De plus l’orthèse effectue une légère pression sur le voile du palais dans toute sa longueur ce qui l’empêche de s’affaisser et d’obstruer le passage de l’air.
Dispositif Médical Nastent


Solutions Douces et Alternatives :

Il existe des solutions et des soins pour soulager cette maladie et essayer de l’enrayer. Les solutions exposées ici ne garantissent pas une guérison définitive et radicale mais elles peuvent atténuer la maladie et améliorer la qualité du sommeil.  Nous avons vu précédemment que toute personne est susceptible,  avec l’âge, de faire des apnées  du sommeil. Cependant  si l’indice reste faible voire modéré c.à.d. en deçà de 30 apnées / Heure, le sommeil garde sa qualité réparatrice et procure un bon repos. Les solutions douces et alternatives visent ainsi une maîtrise de l’indice pour qu’il puisse rester le plus faible possible.

Arrêt du tabagisme et de l’alcool :

Fumer le tabac ou autres substances doit absolument être arrêté avant d’espérer un début d’amélioration. C'est un pré requis impératif pour celles et ceux qui sont encore dans cette dépendance particulièrement néfaste pour la gorge et les poumons. Boire régulièrement de l’alcool surtout le soir avant d’aller dormir nuit gravement à la qualité du sommeil et favorise l’apnée du sommeil.  L’usage de l’alcool doit donc être modéré et si possible totalement supprimé durant la grande majeure partie de l’année.

Une alimentation saine :

Une bonne alimentation est la base de la santé,  et il n’est pas possible d’espérer améliorer son indice d’apnée sans une alimentation très surveillée. Dans l’apnée du sommeil, l’obésité est le premier facteur aggravant, il faut donc maitriser son poids par une alimentation saine et peu calorique.  Parmi tous les conseils et les méthodes en vogue, il est bon de rappeler le régime dissocié qui est très facile à suivre et donne de bons résultats :
Viande ou poissons ou fromages (plus généralement nourriture d’origine animale)
associés uniquement avec des légumes (pas de féculents, pâtes, légumineuses ou céréales)

Féculents, pâtes, légumineuses ou céréales
associés uniquement avec des légumes (pas de viandes ou poissons ou fromages ou œufs)

Compléments alimentaires graines, algues, etc… en début de repas
Aliments sucrés et fruits uniquement entre les repas

Privilégier les produits frais bio et les producteurs locaux
Faire cuire à la vapeur les légumes pour préserver les vitamines

Utiliser de préférence l’huile d’olive, l’huile de lin ou  le ghee (beurre clarifié)

Éviter si possible les sucres rapides, le lait de vache, les plats préparés industriellement, la viande, le gluten, le café et le grignotage entre les repas. Ces aliments  entretiennent un terrain inflammatoire pour la zone ORL et donc ont tendance à aggraver l’apnée du sommeil.

Faire une activité physique :

En termes de santé, et en particulier pour l’apnée du sommeil, Il ne faut rien espérer sans un minimum d’activité physique. La marche à pied dans la nature et notamment dans les forêts ou encore au bord de la mer, est une source de grands bienfaits.  La marche à pied est l’activité physique la plus naturelle chez l’homme. Elle a une propriété remarquable sur tout le corps. Incontestablement elle revitalise le métabolisme général, sollicite un plus grand échange respiratoire et elle améliore de manière remarquable la tonicité des tissus mous de la gorge.

L’usage du Didgeridoo :
Gauthier Aubé joueur professionnel de Didgeridoo en congrés visiter son site
Le Didgeridoo est un instrument à vent qui nous vient des aborigènes d’Australie. À l’origine, il s’agissait de branches d’eucalyptus creusées par les termites.  La branche est alors creusée et polie pour former comme un tube évasé. Il est possible, avec la vibration, de produire des sons différents à l’aide d’un bon souffle et d’un peu de techniques. L’apprentissage et la pratique régulière  du Didgeridoo est une source de bienfaits sur tout l’appareillage respiratoire.  Les exercices vont muscler la langue de manière très significative,  ils vont solliciter le voile du palais et vont également tonifier tous les muscles de la gorge. La pratique de cet instrument va également développer la respiration et apprendre à bien utiliser le souffle abdominal avec l’usage intensif du diaphragme. Il est à noter que l’usage du Didgeridoo, s’apparente à un exercice physique important, il n’est pas rare de transpirer en jouant de cet instrument.  Le Didgeridoo assure un entraînement efficace de tout l’appareillage respiratoire et tonifie tous les tissus de la gorge. Il est recommandé de s'exercer au moins 20mn par jour pour avoir un résultat bénéfique. 

Quelques liens utiles :
http://sommeilsante-jprs.fr/
https://www.bmj.com/
https://silentsleep.training/

La Naturopathie :

En cas de crise, il est possible de prendre des plantes comme l’extrait de bourgeon de cassis qui est un anti-inflammatoire pour la gorge. Le sirop à base de propolis est excellent pour la gorge. Les tisanes de Basilic Indien sont réputées pour soigner les affections des poumons et de la gorge. L’huile essentielle de menthe poivrée peut se prendre avec 3 gouttes dans un verre d’eau pour se gargariser en séquence et sans avaler avant d’aller se coucher.

La Yogathérapie :

Dans l’absolu, il n’est pas de maladie qui puisse être soignée par l’exercice du yoga et de la méditation. Seul réside l’investissement personnel et le temps passé dans les pratiques du yoga. En d’autres termes, il ne faut pas espérer des résultats intéressants sans une pratique régulière et soutenue. Par exemple : prendre deux heures tous les matins pendant trois mois est une pratique minimale pour espérer avoir un résultat. Il est à noter que l’usage des techniques proposées ici, aura un résultat durable, non seulement sur l’apnée mais également sur tout le corps et le psychisme du pratiquant.

Les pratiques proposées :

Halasana : la posture de la charrue
Sarvangasana : la posture de la Chandelle
Ardha Matsyendrasana : la posture du Roi des Poissons

Enfin la méditation permet au corps de se régénérer et de se réparer, il est possible de prendre cette méditation :
S’installer confortablement en posture assise, les yeux fermés fixent le point inter-sourcillés, retourner la langue vers la partie molle du palais et se concentrer sur la gorge. Essayer de ressentir un apaisement du mental et une régénération des tissus de la gorge en respirant calmement pendant 10 à 20 minutes

Le Jeûne :

Enfin il faut mentionner la pratique sérieuse et bien mené d’un jeûne hydrique c.à.d en permettant de boire de l’eau et des tisanes ayurvédiques.

La pratique du jeûne doit tout d’abord se préparer en étant à la diète pendant au moins une semaine. Durant ce temps, il ne faut manger que des fruits et légumes et sans aucun apport d’aliments carnés ou trop riches.

Puis vient la période de jeûne elle-même durant laquelle il faut écouter son corps. Dans la mesure du possible il  est préférable de garder une activité physique. Par exemple, il est bon  de continuer de travailler ou bien de sortir pour aller marcher une paire d’heures dans la nature. Au bout de 3 à 4 jours la phase d’épuration des selles et des toxines du corps se trouve dépassée pour entrer dans la phase la plus profitable du jeûne. En effet la continuation du  jeûne va alors provoquer une puissante mutation du métabolisme.  Le corps va réveiller une mémoire ancestrale, contenue dans l’ADN de nos cellules et passer dans un nouveau mode de fonctionnement.  Cette mémoire est le fruit des centaines de milliers d’années durant lesquelles l’homme était principalement un cueilleur chasseur qui ne mangeait pas toujours à sa faim.  Ce processus, chez certains sujets,  peut entraîner une auto-guérison de maladies graves et autres pathologies chroniques mentales ou physiques.

Enfin vient la sortie du jeûne qu’il ne faut surtout pas négliger pour une reprise très progressive de l’alimentation. Il est bon de reprendre avec des jus de légumes verts, puis quelques fruits et enfin des aliments solides en privilégiant le riz et les légumineuses.

Quelques liens utiles :
« Le jeûne, une nouvelle thérapie ? » en Replay sur Arte
Eric Gandon Naturopathe Reprise alimentaire après un jeûne
Thierry Casasnovas sur youtube.com



Michel  Chauvet
Commentaires : 7|

Il existe 2 Articles pour cette Catégorie :12>>

Le 1 Décembre 2020

<<Mai 2020
DLMMJVS
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Commentaires :
26/11/20 par Jean
22/11/20 par Dumont
04/11/20 par Dumont
24/10/20 par Johanne
25/09/20 par Loic
19/09/20 par nicole
19/09/20 par nicole
19/09/20 par nicole
12/09/20 par Marc
Non inscrit ?


Un sujet ?
Catégories :